(514) 861-4367

Peu de soutien à une interdiction de certaines races de chiens à l'Assemblée nationale

Il semble qu’on n’ait pas soutenu l’interdiction des chiens de type pit-bull à l’Assemblée nationale du Québec.

Selon un reportage récent de Radio-Canada, les libéraux et les Québécois qui soutenaient le projet de loi 128 il y a quelques mois ne sont plus tout à fait d’accord avec ce dernier.

Depuis les audiences portant sur cette interdiction auxquelles Anne-France a assisté, le soutien de ce projet de loi semble se dissiper. Vous pouvez regarder, sur sa page Facebook, le témoignage d’Anne-France en tant que directrice de la Coalition pour la promotion de la sécurité des personnes et des chiens (CPSPC) devant la Commission des institutions à l’Assemblée nationale du Québec.

Le mois dernier, lorsqu’on lui a demandé s’il y avait des amendements au projet de loi visant à supprimer les articles interdisant certaines races, le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux, n’a pas fermé la porte : « Nous verrons si nous devons faire quelques amendements ou non », a-t-il déclaré, selon Radio-Canada,« Ce projet de loi, en particulier, mérite une grande attention ».

Les représentants du Parti libéral, de la CAQ et du PQ ont tous déclaré que leurs partis écoutaient attentivement les experts s’exprimer sur le projet de loi. C’est une position beaucoup moins ferme qu’autrefois, alors que l’interdiction de certaines races, comme les pit-bulls, était la politique de l’époque.

À la fin du mois dernier, un homme de Brossard sur la Rive-Sud (Québec) a été condamné à quatre ans de prison après que ses chiens aient mutilé une fille de sept ans en 2015. L’homme en question a donné ses deux chiens à sa mère âgée pour qu’elle en prenne soin. Ils étaient sans laisse lorsqu’ils ont attaqué la jeune fille. Elle a subi de graves blessures au visage et à la main et s’est retrouvée avec une grande cicatrice au visage, selon un reportage de Radio-Canada.

Dans un épisode récent de The Goldwaters, Me Goldwater a soutenu que des lois comme l’interdiction des pit-bulls ne vont pas protéger les gens, et que le gouvernement doit penser à plus grande échelle. Elle a déclaré : « Vous ne voulez pas que la prochaine bouchée provienne d’un autre chien – que ce soit un [caniche] ou un berger allemand – et que quelqu’un soit blessé et que nous ne fassions rien. Nous devons vraiment viser toute la population », lors de l’épisode de The Goldwaterselle s’est entretenue avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a été largement soutenue par la communauté des propriétaires de chiens lors de son élection.

Me Plante a poursuivit : « J’ai l’impression d’avoir fait ce que j’ai dit que je ferais en ce qui concerne l’interdiction des pit-bulls, parce que j’ai dit : “Cela n’a pas sa place dans mon administration, alors nous allons l’enlever” », lors du même épisode.

Vous pouvez entendre plus de conversations – en anglais et en français! – entre la mairesse Valérie Plante, Anne-France et Daniel Goldwater, et Marie-Hélène Dubé avec votre application de podcast préférée, ou avec iTunes.

Vous pouvez toujours vous abonner à plus d’épisodes de The Goldwaters avec iTunes, ou via RSS afin d’être avisé des plus récentes sorties de nos podcasts.