MONTRÉAL (5 juin 2018) – Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique, a annoncé ce matin qu’il n’y aurait pas d’interdiction au Québec pour des chiens de type « pitbull ».

Coiteux a dit que le gouvernement va plutôt travailler avec les partis d’opposition pour trouver une solution consensuelle pour réglementer les chiens qui pourraient représenter un danger pour le public.

Goldwater, Dubé aimerait applaudir le Ministre pour avoir écouté toutes les parties prenantes concernées, incluant des experts en la matière, des propriétaires de chien et des victimes.

Voici les commentaires que Martin Coiteux a fait ce matin à l’Assemblée nationale :

« Il n’y a pas de consensus scientifique, il n’y a même pas de corroborateurs scientifiques qui nous disent que ça va être quelque chose de praticable d’aller jusqu’à la désignation et l’interdiction de races particulières. Quand on fait des lois, il faut que ce soit basé sur des faits objectifs … En Ontario, la ville d’Ottawa, qui devrait faire appliquer la règle d’interdiction des pitbulls (dans cette province), nous dit : “on ne le fait pas, on n’est pas capable de le faire, c’est impossible de le faire”. Lorsque les vétérinaires nous disent que c’est impossible, lorsque la communauté scientifique nous dit que c’est impossible, je pense qu’il faut être sensible à ça. »

Nous aimerions à nouveau exprimer notre sincère sympathie à la famille de Christiane Vadnais, une femme Montréalaise tuée par un chien que les autorités décrivent comme étant de type « pitbull ». Avec tout le respect dû aux victimes de violence, des analyses plus objectives des réglementations sur le bien-être des animaux au Québec, réalisées par des experts dans le domaine, suggèrent que des lois humaines qui mettent l’accent sur la responsabilité du propriétaire plutôt que sur la race de l’animal entraîneraient une réduction du nombre d’incidents de ce genre.

En tant que directrice de la Coalition pour la promotion de la sécurité des personnes et des chiens (CPSPC), Me Anne-France Goldwater a témoigné à l’Assemblée nationale en mars, implorant le gouvernement de rejeter la législation visant des races particulières (LRP). Il s’agissait, en fait, de la première recommandation de la Coalition.

Vous pouvez consulter le mémoire complet par Goldwater, Dubé (169 pages).

La Coalition a aussi indiqué qu’une loi pour le bien-être des animaux devrait inclure des dispositions qui obligeraient les propriétaires de chien considérés comme dangereux d’utiliser des muselières sans quoi ils seraient passibles d’amende ou risqueraient même de se faire confisquer l’animal pour non-respect des règles de sécurité. Les nouvelles règles devraient aussi inclure la création d’un registre des morsures de chien ainsi qu’un cours sur la sécurité, obligatoire pour les propriétaires avant l’achat ou l’adoption d’un chien.

En misant sur l’éducation, la responsabilisation et la prévention, suivant le modèle très apprécié de la ville de Calgary, les Québécois seront mieux protégés contre les propriétaires de chien qui faillent à socialiser leurs animaux.

Goldwater, Dubé aimerait féliciter ses clients, soit plus de 600 familles avec des chiens adoptés dans la ville de Montréal qui ont contesté les tentatives de l’ancien maire d’adopter une législation visant des races particulières inefficace au niveau municipal.

info@goldwaterdube.com

media@goldwaterdube.com