Goldwater, Dubé, chef de file canadien en droit de la famille depuis 1981, ainsi que l’associée principale, Me Anne-France Goldwater, ont l’honneur d’annoncer la nomination de l’associée principale Me Marie-Hélène Dubé au poste de Juge de la Cour supérieure du Québec.

L’Honorable Juge Dubé, âgée de 53 ans, est l’une des sommités québécoises en droit de la famille. Elle a comparu deux fois devant la Cour suprême du Canada au cours de ses 31 ans de carrière et a contribué à créer un précédent historique dans la lutte contre la discrimination envers les couples LGBTQ en obtenant pour les partenaires de même sexe le droit de se marier (le Canada n’était alors que la troisième nation à légaliser le mariage homosexuel en 2004).

La juge Dubé parle couramment le français, l’anglais et le créole. Originaire du quartier multiethnique de Côte-des-Neiges à Montréal, elle est diplômée de la Faculté de droit de l’Université de Montréal et a été admise au Barreau en 1991. Tout au long de sa carrière, elle a porté un grand intérêt à la discrimination que peuvent vivre les mères monoparentales et leurs enfants, notamment en plaidant pour l’amélioration des Lignes directrices sur les pensions alimentaires pour enfants au Québec. Elle est l’auteure de nombreux articles au sein de publications tant juridiques que médiatiques, et a donné des conférences sur des questions juridiques aussi variées que les droits des conjoints de fait, les Lignes directrices sur les pensions alimentaires pour enfants ou la discrimination systémique.

Mère dévouée de trois enfants, ses expériences personnelles ont enrichi sa perspective sur le droit de la famille. Elle a été médiatrice familiale accréditée et, en tant qu’avocate, elle a conseillé de nombreux clients en matières de divorce, garde d’enfants, aliénation parentale, enlèvement international, pension alimentaire, litiges entre conjoints de fait et filiation, comparaissant fréquemment devant la Cour supérieure et la Cour d’appel.

Cette nomination est une étape importante dans l’histoire de Goldwater, Dubé, un cabinet d’avocats situé au centre-ville de Montréal, et fondé il y a plus de 40 ans par Me Goldwater. L’entrée du Juge Dubé au sein du cabinet s’est tout d’abord faite à titre de stagiaire en 1991. À la fin du stage, Me Goldwater a invité la juge Dubé à se joindre à elle en tant qu’associée du jeune cabinet. Depuis, elles ont fait grandir leur pratique grâce à une équipe de plus de 25 professionnels du droit dévoués au bien-être des enfants, aux droits des femmes et des hommes, et à l’égalité d’accès à la justice pour tous les citoyens du Québec.

« Le génie de notre relation a toujours été sa complémentarité », a expliqué Me Goldwater. « À ce jour, il y a des arrêts historiques de la Cour d’appel et de la Cour suprême sur lesquels nous nous disputons encore jusqu’aux petites heures du matin. Là où je cherche la nouveauté, elle plaide prudemment pour le respect du précédent et le changement progressif. Débattre un point de droit avec Marie-Hélène est un défi intellectuel inimaginable ! »

La nomination de la juge Dubé suscite des émotions mitigées au sein de l’équipe soudée qu’elle a su inspirer grâce à son formidable leadership. Cette nouvelle survient alors que Goldwater, Dubé procède à de nombreux changements afin d’élargir les activités du cabinet au-delà de sa spécialité traditionnelle du droit de la famille. Bien qu’elle ne soit pas en mesure de commenter sa nomination, la juge Dubé a récemment évoqué sa carrière d’avocate et le temps qu’elle a passé à co-diriger le cabinet alors que ce dernier entre dans une nouvelle phase :

« Quand j’étais adolescente, je me suis donnée pour but de défendre mes sœurs et cousins plus jeunes, mais je ne pensais pas forcément à en faire mon métier » a confié la juge Dubé à des vidéastes de Goldwater, Dubé. « Ce que la pratique du droit m’a fait découvrir, c’est que, malgré ma frêle carrure et ma personnalité réservée, quand il s’agit de défendre mes clients, j’ai parfois l’impression quelque peu exagérée de pouvoir déplacer des montagnes. Le droit m’a fait découvrir qu’il y avait en moi une grande force intérieure dont j’ignorais la présence. »

Les contributions de la juge Dubé ont non seulement contribué au succès et à la croissance du cabinet, mais également à faire avancer les droits des femmes et des minorités au Canada, deux causes qui, grâce à ses efforts, feront toujours partie de l’ADN de l’organisation.

« La clé du succès pour former une bonne équipe lorsque les membres de celle-ci sont très différents, c’est de donner à chacun l’espace d’être lui-même », a récemment partagé la juge Dubé à titre de conseils pour les jeunes avocats qu’elle a encadrés. « C’est une valeur fondamentale dans ma vie, que chacun puisse se définir sans être catégorisé par autrui. »

Photo: Tingey // Unsplash